MENU



  • Les appels à l’éducation aux images et aux médias sont maintenant quasi quotidiens et émanent de personnes ou d’organismes très divers..
    Parmi les nombreux exemples, voyez ci-dessous les dernières lignes de l’annonce d’un sujet d’Envoyé spécial, l’émission de France 2, en décembre 2009 :


  • vocabulaire 15 mars 2010

    Pas facile de choisir son vocabulaire lorsque les mots ont un sens différent pour les uns et pour les autres...
    A APTE, on se pose des questions à propos de l’emploi de mots comme : audiovisuel, média, multimédia, réseaux, etc.
    Et la discussion rebondit dès que l’on passe à : éducation à l’image, éducation à l’information, éducation aux médias, éducation au numérique...
    A suivre.
    Il en sera évidement question lors de la rencontre APTE qui se tiendra à Paris le samedi 27 mars 2010 après-midi. Si vous souhaitez participer, envoyez-nous un message en utilisant le lien CONTACT en haut de cette page.


  • Vu dans le B.O. (bulletin officiel) spécial n°1 du 4 février 2010 de l’Education nationale :
    Favoriser l’accès de tous les lycéens à la culture
    (...)
    D. Éducation aux médias
    Les moyens d’information et de communication enrichissent le parcours culturel des élèves et facilitent l’accès à la culture sous tous ses aspects : littéraire, historique, artistique, scientifique, mais aussi politique, économique, sociologique, etc. Dans la mesure où l’éducation aux médias concerne toutes les disciplines, il convient d’engager une exploitation plus grande de tous les médias : journaux, magazines, radios, télévisions, etc. Au sein du lycée, l’expression des élèves est également à encourager : journaux scolaires et lycéens, radios et vidéos d’établissement, sites internet, etc. L’éducation aux médias prépare ainsi les lycéens à exercer leurs responsabilités de citoyen.
    (...)
    Voir le texte complet sur le site education.gouv.fr.



  • A lire :
    le journalisme en chantier,
    chronique d’un artisan de Jean LEBRUN,
    édité par Bleu autour.


  • Le député Jean-Michel FOURGOUS (UMP) a remis, le 15 Février 2010, son rapport sur la "modernisation de l’école par le numérique".
    Voir le site web dédié où se trouve le rapport complet : http://www.reussirlecolenumerique.fr


  • Plusieurs années après les combats d’APTE autour de la notion "d’exception pédagogique", c’est-à-dire pour que soit reconnu le droit d’utiliser des oeuvres audiovisuelles à des fins éducatives, condition nécessaire au développement de l’éducation aux images et aux médias, il semble qu’on vienne de franchir un cap, le 4 février dernier, si l’on en croit un article de Yann Bergheaud, accessible sur son blog.
    La règle de base rendrait possible l’utilisation d’extraits ainsi définis :

    "L’extrait pour les œuvres musicales est de 30 secondes et pour les œuvres audiovisuelles de 6 minutes dans la limite de 1/10 de l’œuvre quelque que soit sa nature. Si plusieurs extraits d’une même œuvre sont utilisés la durée totale des extraits ne doit pas dépasser 15% de l’œuvre."


  • Une tentative.
    Présenté comme un "serious game d’éducation critique aux médias", voici : 2025 EX MACHINA.
    Il y est question d’Internet, de réseaux sociaux, d’identité numérique...
    Pour en savoir plus et jouer :
    http://www.2025exmachina.net/jeu


  • Afin de répondre aux interrogations de certains, voici ce que dit le site web du
    ministère de l’éducation dans une page intitulée "l’éducation à l’image, au cinéma et
    à l’audiovisuel" et mise à jour en décembre 2009 :

    À l’école, au collège, au lycée
    L’éducation à l’image, au cinéma et à l’audiovisuel contribue à l’acquisition du socle
    commun de connaissances et de compétences que chaque élève doit acquérir.
    L’histoire de la représentation du monde s’inscrit dans la culture humaniste et dans
    l’histoire des arts.
    À l’école : l’initiation
    La sensibilisation à l’univers artistique des images et des sons se fait
    principalement dans le cadre des pratiques artistiques et de l’histoire des arts.
    En maternelle, l’élève découvre l’univers des images. Il observe celles des écrans de
    télévision et d’ordinateur, les décrit, joue avec elles, les manipule et en produit.
    À partir du CE2, l’enseignant l’amène progressivement à s’interroger sur l’origine,
    la nature et les composantes de l’image. Ces activités de production et d’analyse
    peuvent utiliser le film de fiction ou documentaire, le dessin animé, le clip-vidéo et
    les émissions de télévision.
    Au collège : l’approfondissement
    L’éducation à l’image est transversale. Elle a lieu principalement en arts plastiques
    et en histoire des arts. L’élève est initié à une lecture active et critique de l’image
    animée en français, histoire-géographie, langues vivantes, sciences de la vie et de
    la terre.
    À partir de la cinquième, un travail d’analyse et de production d’images s’ouvre à la
    vidéo et à l’infographie. L’accent est mis sur le point de vue : l’image est porteuse
    d’une vision singulière.
    Au lycée : la spécialisation
    Lycée d’enseignement général et technologique
    Deux types de formation au cinéma et à l’audiovisuel peuvent être proposés en
    partenariat avec des structures culturelles et des professionnels du cinéma :
    un enseignement de spécialité, en série L (5 h, coefficient 6 au bac), dans 125
    établissements
    une option facultative, dans toutes les séries (3 h, coefficient 1 ou 2 au bac), dans
    200 établissements
    Cet enseignement privilégie la dimension artistique du cinéma et de l’audiovisuel,
    dans les formes et genres les plus variés : images et sons numériques, art vidéo,
    cinéma expérimental, etc. Il analyse leurs composantes patrimoniale et
    contemporaine, articule pratique et culture artistique et en explore les aspects
    techniques et économiques.
    L’éducation au cinéma et à l’audiovisuel se retrouve aussi dans le cadre des travaux
    personnels encadrés et de l’histoire des arts.
    Source :http://www.education.gouv.fr/cid21004/l-education-a-l-image-aucinema-_ et-a-l-audiovisuel.html


  • RENCONTRE APTE POUR L’EDUCATION AUX MEDIAS
    ce sera à PARIS, le samedi 27 mars 2010 après-midi.
     
    Nous nous poserons les questions suivantes :
     
    Quelle éducation aux médias en 2010 et pour les années à venir ?
    Quelles voies pour permettre à chacun de développer sa propre conscience des phénomènes, construire ses propres savoirs et sa propre réflexion  ?

    Cette rencontre sera animée par Xavier de la Porte, de France-Culture.
     
    Nous n’envisageons pas le mode conférence ou table ronde classique, mais plutôt une réflexion collective avec, autant que possible, une participation de tous.
     
    Nous donnerons notamment la parole à des personnes a priori éloignées de nos préoccupations mais dont l’apport permettra de mieux penser l’éducation aux médias.
     
    Nous tenterons ainsi de croiser :
    > éducation aux médias et éducation politique ;
    > éducation aux médias et neurosciences ;
    > éducation aux médias et questions sociales ;
    > éducation aux médias et philosophie ;
    etc.
     
    Pour participer il est nécessaire de s’inscrire. Si vous êtes intéressé(e), merci de bien vouloir nous le faire savoir en cliquant sur contact et en nous envoyant vos prénom/nom/localisation/activité/suggestions éventuelles. Nous vous tiendrons informé(e).
     


  • les jeunes "off-line" 6 janvier 2010

    A explorer : le rapport final d’une étude menée en Belgique par la Fondation Travail-Université (FTU) à la demande du Service public fédéral de programmation “Intégration sociale”, dans le cadre du plan national d’action contre la fracture numérique.
    Cette étude s’intéresse aux jeunes de 16 à 25 ans qui n’utilisent pas internet ou qui n’en ont qu’un usage très occasionnel ou très limité : les jeunes dits “off-line”.
    Accès au document pdf.


| 1 | ... | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 |