MENU



  • l’économie du jeu vidéo 1er juillet 2019

    Pas facile de savoir combien coûte la création d’un jeu vidéo, combien il rapporte à ses créateurs...
    Un article Pixels - Le Monde, rendant compte de la présentation faite par le Studio CCCP, récemment, à Lille, nous donne quelques indications.
    Intéressant article, à ranger dans la catégorie "derrière l’écran" pour les actions d’éducation aux médias.
    https://frama.link/ecojeuvideo


  • Une enquête du site Arrêt sur images : https://frama.link/100milliards


  • "Les jeunes désertent Facebook, au profit d’Instagram et Snapchat."
    C’est ainsi que le Blog du modérateur résume ce qui se passe.
    L’article complet est là : https://frama.link/jeunesamericains


  • L’émission "un jour dans l’histoire" de la RTBF se penche sur l’attitude des médias en 1933 et dans les années qui suivent, alors qu’Hitler accède au pouvoir et développe sa politique.
    Une façon d’interroger le fonctionnement médiatique et de réfléchir à ce qui se passe aujourd’hui...
    https://frama.link/1933


  • Le magazine Fisheye publie un entretien avec le photographe documentaire Jordi Ruiz Cirera qui présente son travail "Los Menonos", en ce moment, au festival photo "Circulations" (au 104, à Paris).
    Il a passé du temps chez les Mennonites, qui vivent à l’Est de la Bolivie sans voitures, sans téléphones, sans ordinateurs...

    https://frama.link/mennonites


  • C’est l’une des "branches" de l’éducation aux médias que nous préconisons.
    Et c’est ce qu’on fait Kate Crawford et Vladan Joler, en poussant assez loin l’investigation.
    Ils sont partis d’une enceinte connectée et ont produit une carte qui recense tout ce qui a dû être mis en oeuvre pour que celle-ci fonctionne.
    Impressionnant !
    Le résultat est visible (et téléchargeable) ici :
    https://anatomyof.ai/img/ai-anatomy-map.pdf


  • "Malbouffe dans les publicités pour enfants : le gouvernement en défense des lobbies", tel est le titre de l’article de Mediapart.
    "Selon les informations de Mediapart et Que Choisir, les autorités de santé publique ont retoqué en décembre la charte de bonne conduite des chaînes et des annonceurs signée depuis 2009, au motif qu’elle ne contenait « aucun engagement sur la réduction de la publicité alimentaire dans les programmes pour enfants et adolescents ».
    La France est à la traîne sur le sujet. Mais les lobbies et les télés ont réussi à sensibiliser Édouard Philippe à leur cause."
    Voir l’article complet :
    https://frama.link/malbouffe


  • La soirée des "Molières".
    Lire l’article de Daniel Schneidermann :
    https://frama.link/moli


  • Des médias qui se contentent de relayer les informations orientées ou franchement fausses des autorités... Les exemples se multiplient depuis quelques mois.

    Petit recensement dans l’article de blog : https://frama.link/jourpref


  • C’est le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) qui est chargé de "protéger le pluralisme politique". Une page de son site web est consacrée à cette question.
    On y apprend un certain nombre de choses. Toutefois, certains aspects restent dans l’ombre.
    Il est aussi possible de télécharger différents relevés.

    Quelques éléments concernant les périodes hors élections :
    "Le pouvoir exécutif se voit réserver un accès à l’antenne correspondant au tiers du temps total d’intervention."
    "Le reste du temps total d’intervention est réparti selon le principe d’équité entre les partis et mouvements politiques qui expriment les grandes orientations de la vie politique nationale. Les critères sur lesquels s’appuie le CSA comprennent notamment les résultats des consultations électorales, le nombre et les catégories d’élus, l’importance des groupes parlementaires ou les indications de sondages d’opinion. La contribution des formations politiques à l’animation du débat politique est également prise en compte."

    Comment ces critères sont-ils pris en compte ? Le CSA ne le dit pas.

    "Tous les éditeurs de services de radio et de télévision, à l’exception d’Arte et des chaînes parlementaires, sont tenus de respecter les règles définies par le CSA."
    Parmi ces services, 11 chaînes généralistes (TF1, France 2, France 3, France 5, Canal +, M6, C8, TMC, TFX, Numéro 23, RMC Découverte), 9 radios (France Inter, France Info, France Culture, Europe 1, RTL, BFM, RMC, Radio Classique, Sud Radio) et 4 chaînes d’information en continu (BFM TV, CNews, Franceinfo :, LCI) relèvent les temps de parole des personnalités politiques diffusés sur leurs antennes et les déclarent chaque mois au CSA.
    Un contrôle de l’exactitude des données transmises est effectué a posteriori par une équipe d’observateurs du CSA à l’aide d’outils informatiques."

    "(...) relevé des temps d’intervention des personnalités politiques dans :
    - les journaux et les bulletins d’information
    - les magazines d’information
    - les autres émissions des programmes."

    https://www.csa.fr/Proteger/Garantie-des-droits-et-libertes/Proteger-le-pluralisme-politique


| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 22 |